Derniers articles - Jeunesse et numérique

Écrit le 05/07/2017
construire-un-regard-collectif-sur-la-jeunesse-guillaume-guthlebenRécit de 3 journées d’intervention auprès d’une équipe de MJC   A la MJC Ronceray – L'Alambic au Mans,...
Écrit le 07/06/2017
du-reel-au-pixels | Guillaume Dopus - stimulation neuronale |   Paraphrasant le titre de la recherche de Vincent...

Du réel aux pixels - François Sanchez

Guillaume Dopus - stimulation neuronale
| Guillaume Dopus - stimulation neuronale |

 

Paraphrasant le titre de la recherche de Vincent Berry « Jouer pour apprendre est-ce bien

sérieux ? », on pourrait être enclin à suivre la pente naturelle d’une opinion encore largement répandue aujourd’hui pour laquelle il ne peut y avoir d’apprentissage en s’amusant, qui plus est avec des jeux vidéo dont le sens commun renifle instantanément l’odeur de soufre.

 

Le jeu stimulerait la motivation et favoriserait la participation, caractéristiques qui ont depuis longtemps intéressé les éducateurs au point d’établir la ferme conviction que le jeu serait une expérience indispensable au développement de l’enfant. Le jeu vidéo, bien reconnu comme un jeu et clairement situé dans l’univers du loisir, pourrait effectivement s’associer à des apprentissages.

 

Cependant, le jeu pourrait être envisagé non seulement comme un support plus motivant où s’appliqueraient, s’exerceraient des savoirs uniquement acquis ailleurs, mais comme une expérience où pourraient s’élaborer de nouveaux savoirs et savoir-faire. Minecraft serait un jeu constructiviste au sens de la théorie piagétienne qui « offre aux élèves (et aux joueurs) les capacités de recueillir des connaissances à travers l’expérimentation».

 

La chance souriant aux audacieux, Manon Kratofil et moi, avons profité de la proximité d’un lieu où de telles idées avaient non seulement cours mais étaient mises en pratique depuis plus d’une année.

Ainsi, nous nous sommes fait inviter -par son directeur Marc Kanhye - à la MJC de Chenôve, dans la proximité de Dijon, pour rencontrer les participants de l’atelier Minecraft et leur animateur Kevin Martin. Kevin prépare un doctorat en sociologie dont le sujet traite de la participation citoyenne. Il étudie le fonctionnement du conseil citoyen de la ville de Chenôve et a proposé d’y inclure la participation des jeunes à travers le volet de la rénovation urbaine. L’atelier fonctionne maintenant depuis plus d’une année et il s’appuie sur la pratique du jeu vidéo MinecraftLe jeu vidéo Minecraft est ainsi utilisé par 6 adolescents de 13-14 ans pour simuler un travail de rénovation urbaine sur l’espace de la ville. Dans l’espace virtuel, ces joyeux garnements détruisent des immeubles, des rues, des centres commerciaux, de vieux équipements de quartier pour aussitôt en recréer de nouveaux plus conformes, selon eux, aux besoins d’aujourd’hui.

 

S’inspirant des briques du jeu de construction Lego, dans Minecraft il s’agit principalement de construire entièrement un monde comme on le désire (maisons, routes, objets, outils, armes, nourritures, industries, technologies, agricultures) avec des cubes qui représentent des matériaux divers.

 

L’équipe de la MJC de Chenôve découvre un angle d’attaque particulier : des cartes IGN sont éditées par l’Institut National de Géographie au format Minecraft, cela veut dire que vous pouvez commander à l’IGN une carte d’un territoire de 5km sur 5km livrée sous forme de fichier informatique au format compatible avec Minecraft.

 

Le contenu du projet développé par la MJC de Chenôve a donc consisté à proposer à une petite dizaine d’adolescents de réfléchir à la transformation de leur espace de vie, de leur quartier, de leur ville. Pour cela, aidés de l’espace virtuel de Minecraft, ils ont entrepris de :

- Redessiner la représentation standardisée générée par la carte IGN en l’adaptant au plus proche de l’espace réel (couleurs, configurations et agencements…). Ce travail a été mené en constant va-et-vient entre l’espace réel (repérages, photos, …) et l’espace simulé dans le jeu.

- Redéfinir l’espace par la simulation de destructions et de reconstructions (d’immeubles,de bâtiments, de rues…)

- Communiquer avec des publics, des institutions en réalisant des clips vidéo de démonstration et en éditant l’historique de leur projet sur un blog (http://chenoveradiocraft.blogspot.fr/). Ainsi les membres de l’atelier et leur animateur ont-ils été invités à présenter leur travail au Maire de Chenôve puis aux stagiaires enseignants de l’ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education) (http://mjc.chenove.net/lire-1830.html)

 

Aux débuts de l’atelier, les experts techniques ce sont les jeunes qui « savent déjà jouer à Minecraft ». Le responsable adulte de l’atelier n’a aucune connaissance du jeu. Mais il peut s’appuyer sur le savoir-faire et connaissances des jeunes préexistantes au projet. L’adulte apporte, cependant, la proposition de travailler à la modification de l’espace réel et sa simulation dans le jeu. Il proposera également de produire des documents (écrits, vidéo) comme supports de la mémoire du projet et outils de communication. Le travail est organisé collectivement en articulant les tâches et les compétences des uns et des autres. Il donne lieu a de constants échanges. L’adulte n’a pas à proprement parler de savoirs à transmettre mais il coordonne le travail, propose une organisation, une progression, anime la discussion, demande qu’on apporte des solutions (techniques) ou des propositions (d’aménagement de l’espace).

 

L’expérience de cet atelier est ainsi au croisement d’apprentissages informels initialement individuels mais qui sont partagés dans l’expérience du jeu (échanges, recommandations entre pairs, mais aussi jeu à plusieurs en réseau) et d’apprentissages formels organisés dans un espace, un lieu et un temps fixés et convenus à l’avance (la cadre d’un atelier à la MJC qui se déroule tous les mercredis de 14h à 17h en présence d’un animateur adulte). Les aspects ludiques qui président à l’expérience à l’intérieur du jeu (constructions, création de mondes, gestion des ressources…) sont mis au profit d’une simulation de transformation de l’espace réel. Le jeu devient projet.

 

L’atelier de la MJC de Chenôve a déjà prévu une étape nouvelle dans ce travail de simulation d’une transformation de l’espace quotidien. Les ressources du jeu vont être utilisées pour offrir aux habitants la vision des transformations imaginées. Ainsi des pancartes signalétiques portant des QR codes vont être installées dans le quartier aux différents endroits ou des transformations ont été imaginées et simulées dans Minecraft. Les habitants pourront ainsi, sur place, voir sur leur téléphone portable le clip Minecraft montrant le nouvel aménagement proposé du lieu où ils se trouvent. On imagine sans peine le nombre important de possibilités - utilitaires et poétiques –offertes par la mise en relation, en temps réel et en situation, de l’espace réel et de sa représentation virtuelle augmentée. Un champ qui est maintenant exploré par un groupe d’adolescents à la MJC de Chenôve où leur expertise du jeu vidéo Minecraft les a réunis.

 

Par François Sanchez, stagiaire Master Sciences de l’éducation UHA Mulhouse à Trajectoire Formation

© Trajectoire Formation 2016
Mentions légales

Please publish modules in offcanvas position.